15 février 2022

Chroniques Guyanaises

la Guyane est une contrée pleine de récits . on s'en régale à longueur de soirées .   A la table conviviale , un jeune soignant en mission Covid, relate une étrange rencontre .Invité l'autre semaine chez une collègue de l'hôpital , il est placé en face d'une jeune femme qui le fixe, insistante , silencieuse , tout au long du repas. Gêné , mal à l'aise , sentant bien qu'on est au delà d'un jeu de drague , il s'interroge. à l'heure venue du dessert , elle lui énonce calmement que son grand-père paternel à lui , en métropole,... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 16:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2022

Chroniques Guyanaises

partout les files d'attentes devant les pharmacies,en lieux et places des vaccins. ici science et raison ont mal au ventre. faire face à l'indifférence , le fatalisme dans la grande pauvreté , les médecines traditionnelles ,le vaudou , ladéfiance faceaux métros, l'ignorance, le vide et la bêtise . ça fait beaucoup . ainsi la Guyane , coin perdu , le plus mal vacciné en ce beau pays de France .
Posté par Georges Mazou à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2022

Chroniques Guyanaises

Rituel du soir, la volée. on a beau tenter de se prémunir, c'est la guerre en rafales, et lemoustique en sort toujours gagnant . donc, on peut aimer les animaux et détester les insectes .
Posté par Georges Mazou à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2022

chroniques guyanaies

Kourou l'employé muicipal dans sa camionnette a fait sien le vocabulaire en usage sur le centre spacial . il claironne sur son portable qu'on a la fenêtre de tir , que tout est nominal .
Posté par Georges Mazou à 10:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2022

Chroniques Guyanaises

Midi , rue du 14 juillet, terrasse chez Monique, la caïpi y est généreuse, en attendant le sauté de crevettes. un homme seul s'amène, métro à l'évidence, depuis longtemps venu . la morgue de ces gens là, caricature , tout droit sortie de Coup de Torchon. s'enquière de la viande de bois . réponse négative . il s'en va coléreux, maugréant que décidement ce pays n'est plus ce qu'il était .
Posté par Georges Mazou à 14:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 octobre 2021

les miettes

De l'entendement de l'étendue   l'exercice d'écriture s'accomode mal de l'errance il lui faut à tout le moins retrait ombre et du manque l'Illiade et l'Odyssée en fond de tiroir l'inavouable désir d'éternité il faut saisir par vanité son affaire est de style son affaire est de rythme   Le cheminement procède par accumulations successives sans retenue sans attache en disponibilité c'est le défilé l'ici et maintenant la contemplation l'euphorie des moments l'image du photographe lui convient mieux d'un... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 19:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2021

les miettes

Hosto-blues   Parcours obligé on y retourne indécis sans élan il faut subir encore     suivre chien fidèle le programme à la lettre alors fréquences cardiaques pluies de la nuit songes turbulents opuscules moléculaires betâ-bloquants   Aussi le mélange étonnant condensé de nos vies entre savoir faire technique des équipes la rigueur des protocoles et la lourde pâte débridée d'un groupe humain dit de patients   vaille que vaille on y arrive pédalant mieux on marche on marche tout... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 18:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2021

les miettes

ULYSSE .   Ulysse se tient sur son banc casquette délavée sur son crane bien chauve l'oeil mi-clos au soleil de l'été il regarde la mer les îles au large son horizon courbé   mais c'est fini coeur rayé ne lui reste que la vie de bernic   les images les pastels les chansons envolées les ciels changeants les gestes d'une femme   tout ce qu'il trimbale en silence ronchonnant en lui-même sur le tout ça pour ça .     ( Perros . juin . )      
Posté par Georges Mazou à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2021

les miettes

NUIT   la nuit le vent à l'abri sous la couette insomnie coutumière il songe vaguement aux beaux jours bras de chemise les pieds nus sur la plage du soleil à point nommé sur les épaules mais voilà ce pays là ne connait guère le passage des saisons il s'accroche s'étire s'étale indifférent aux coeurs fragiles en mal de lumière .   ( Perros .9/05 )
Posté par Georges Mazou à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2021

les miettes

hosto- blues   On en sort soigné amaigri chancelant anémié couturé avec le seul désir impérieux de revoir et renifler la mer   l'on sait aussi du délirium l'envahissement totalitaire l'abominable prégnance celle qui vous fait basculer dans le mental débridé   on doute sur la part des choses sur la part des gens tout se brouille et tout reste là menace inquiètante   hosto-bues métaphore de l'existence une grande solitude du coté de l'éprouvé une chaude attention du coté des liens . ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]