05 décembre 2014

MOLLY

te conter les matins les paroles du vent le chant de la mer te conter l'évasion enfantine ces ciels d'aquarelles qui toujours sont de mars la pluie le temps qui passe l'ombre noirâtre des tamaris l'infortune de quelques oeillets nains la mer encore la mer par vagues entières ce mois de janvier le monde comme bourrique qui tourne mal comme à son ordinaire et puis encore la monotonie du labeur les cinq heures je rentre mais ton regard notre respiration notre folie mieux écrite linéaire et certaine qu'importe les... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2014

MOLLY

les monts d'arrées.   nous étions faits pour être libre nous étions faits pour être heureux   landes terres de bruyères humides d'automne la lumière était grise et bleue c'était un soir de longue marche   nous descendions de notre chateau cote à cote chacun pour soi du même pas du même silence   au loin montait la brume la froidure sous un ciel couvert sans promesse   nous retournions vers la ville le tous les jours pleins de nous même mais toujours déchirés   nous étions faits... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2014

MOLLY

par la voix de Mercedes Sosa aux chants de mon Bresil me fais des couleurs   te retrouve là sur un rocher deTregastel un jour gribouille de pluies passagères tu es lumière et jeu et j'ai gravé tout ton visage au bout de mes dix doigts   tu es une île et là tout près aux veines de mes tempes c'est ton bleu regard que j'emporte au tréfonds de moi   tu es la nuit d'été je rêve de ne jamais cesser de te vouloir.   ( 1980) .
Posté par Georges Mazou à 11:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2014

MOLLY

si peur encore d'être seul .   c'était novembre au calendrier des fredaines l'hiver était au coin du bois j'avais écrit tes mains retrouvées au fil de la plume   tes doigts tremblants j'écris le temps les heures pour mieux savoir les prendre j'écris ton corps et chante au présent ton bleu regard je prends mon désir pour des réalités la réalité pour ce qu'elle est.   te prends fort dans mes bras ma frangine d'amour l'ombre quiètude tes épaules nues c'est en plongeant dans nos musiques un jour comme ça ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 13:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2014

MOLLY

Quand.   quand je te prends dans mes bras je ne sais pas si c'est l'ombre ou ton corps quand tu me parles je ne sais pas si c'est la mélodie ou ta voix quand tu te déshabilles je ne sais pas  si je rêve encore si c'est toi dans la lumière quand tu te réveilles et que tu chantes je ne sais pas si c'est un autre ou moi-même qui jubile quand tu es là si entière si totale cette joie là n'est pas si sûre et me fait chavirer quand tu es là j'ai si peur encore d'être seul .   ( 1980).    
Posté par Georges Mazou à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 novembre 2014

MOLLY

katell blues   toi toute entière ombre de feu sur les bleus marines de la vie .
Posté par Georges Mazou à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2014

MOLLY

Hélène, chanson d'un soir   tant va la viequ'à la fin je n'entends plus qu'elle qui me remonte du fond du ventre comme un axe sanglant et rieur   qui se moque bien de moi, de mes agoisses de mes rengaines   tant va le jour qu'à la fin je ne vois plus qu'elle qui danse dans la lumière se joue à me faire les tours les plus pendables les tours les plus beaux comme au bleu  temps de liberté   tant va la pluie, tant va le vent que je ne sais plus rien ni la couleur des pommes ni le goût des amandes ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2014

MOLLY

comme aux étés brûlants vont boirent les chevaux fous à l'eau fraiche des mares c'est ton coeur que j'ai dans la poitrine sais-tu que j'entends vivre à déraison.
Posté par Georges Mazou à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2014

j'ai relu

le fait est que comprendre les autres, n'est pas la règle dans la vie. l'histoire de la vie ,c'est de se tromper sur leur compte, encore et encore, encore et toujours, avec acharnement, et après y avoir réfléchi, se tromper à nouveau .c'est comme ça qu'on sait qu'on est vivant, on se trompe.peut-être que le mieux serait de renoncer à avoir tort ou raison sur autrui, et continuer, rien que pour la ballade. mais si vous y arrivez vous...alors,vous avez de la chance.   Philip Roth . ( pastorale américaine ).
Posté par Georges Mazou à 22:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2014

MOLLY

je te demande sans doute l'impossible mais j'ai vu les crabes dans les creux si médiocres quand il s'agit d'horizon   j'ai eu si peur pour toi pour moi que par faiblesse un jour a eux pareil il nous faille ressembler   je voudrais voyager te voir libre  et dansante avec toi, vivre d'intelligence.     ( 1973).        
Posté par Georges Mazou à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]